Minuit, hup le réveil sonne, il est temps de partir. Avec les nouvelles mesures de sécurité, il faut se rendre à l'aéroport 2 heures au moins avant l'heure du décollage. Après avoir passé tous les contrôles, nous décollons comme prévu à 3 h 30. La veille au soir, j'avais pris ces 2 photos de la plage de nuit, ça accroît le côté magique de la chose, regardez...

Peu après le décollage, nous arrivons à distinguer quelques lumières au milieu du désert mais les villes éclairées étaient rares, on est bien loin de la France encore...Ceci dit, ça n'est pas plus mal pour les animaux nocturnes qui doivent être moins perturbés :-). Je serais bien resté quelques jours de plus mais il faut rentrer, demain c'est le retour à la vraie vie !

 

Dans la multitude de sentiments que je ressens à ce moment-là du voyage, je me dis que les locaux qui ne plongent qu'en Egypte doivent finir par être blasés de ce qu'ils voient même si c'est quand même très beau.

Dès 5 heures, nous percevons le soleil qui se lève, à l'horizon. On ne le voit pas de la même manière partout, il paraît beaucoup plus lumineux ici que par chez nous, en France...

 

Je suis pensif et je me remémore tout ce que j'ai vécu durant ces 10 jours de bonheur, je revois toutes mes heures de plongées dans des eaux plus que poissonneuses. Ainsi, impossible de dormir, je pense également à la manière dont je vais vous écrire ce petit carnet de voyage. 

      Après un peu plus de 3 heures de vol, nous atterrissons à l'aéroport d'Istanbul pour une escale de 4 heures, enfin, si tout va bien. Nous arrivons à un guichet nous permettant de récupérer nos tickets pour le second vol Istanbul-Bordeaux, et là, le gars nous explique dans un anglais à moitié compréhensible qu'il n'y aurait peut être pas de place dans cet avion là et qu'il faudrait sûrement en prendre un autre. Arf, nous avions pourtant pris les billets 4 mois avant, ça fait râler, surtout dans ce genre de moments, nous étions levé depuis déjà quelques heures. De toute façon, il n'y a pas grand chose à faire, à part de prendre son mal en patience et d'attendre de voir ce que ça donne à l'embarquement...Nous en profitons pour prendre un petit café, ça fait du bien :-). 9 heures, on vient nous dire qu'il ne sera pas possible de prendre ce vol...Bon, et maintenant on fait quoi ? Le personnel, très professionnel malgré tout (c'est délicat dans ce genre de situation) nous propose de partir sur un autre vol en passant par Amsterdam ou Paris mais cela nous ferait arriver dans la nuit à Bordeaux, ou bien de partir sur le même vol Istanbul-Bordeaux le lendemain, contre un dédommagement et hôtel dans le centre d'Istanbul tout frais payé. Nous ne réfléchissons pas plus d'une seconde et décidons de visiter Istanbul aujourd'hui et de repartir demain à tête reposée: l'opportunité de visiter Istanbul est une chance, saisissons là! Le temps de prévenir la famille, nous partons poser les affaires dans notre hôtel (situé à quelques pas du lieu des attentats quelques semaines avant...). 

Voici la vue de notre chambre...

 

Ça change de l'Egypte, mais c'est bien aussi! Nous sommes dans le plein cœur d'Istanbul, à quelques mètres de la célèbre Eglise Sainte-Sophie, de la mosquée bleue et de la citerne-basilique. Une courte sieste et un petit repas face à la mer nous permettent de prendre de l'énergie, puis nous partons jouer les touristes :) C'est quand même dingue ce retournement de situation, jamais je n'aurais imaginé cela, je suis bien content !

Ici, nous apercevons la mer de Marmara. Les couleurs sont bien différentes de ce que nous avons vu en mer rouge, mais ça change :) Le ciel non plus n'est pas le même...Nous commencerons par visiter la citerne basilique qui regorgeait de belles carpes, la transition depuis la mer rouge est plus douce :p. Bien sûr, il faut changer quelques euros par des livres turques. 

 

Je vous laisse découvrir quelques images de ce bel endroit :)

L'audioguide que nous avons pris nous permet d'en connaître plus sur l'histoire de cette citerne, les légendes régnant sur cet endroit sont étonnantes et bien marrantes.

 

C'est d'ailleurs dans cet endroit que j'ai pu goûter pour la première fois au café Turque, que j'ai d'ailleurs vraiment apprécié. Pour ceux qui ne connaîtraient pas, c'est comme du café "normal" mais la poudre reste en suspension dans le café. C'est spécial mais j'y adhère bien :)

Nous partons ensuite en direction de l'église Sainte-Sophie, non loin de la basilique-citerne.

 

C'est vraiment immense et aéré. Elle date pourtant du 4ème siècle, c'est dingue comment les habitants de l'époque étaient ingénieux sans avoir nos moyens du 21ème siècle...Je suis impressionné. J'ai d'ailleurs dit que c'était une église, elle est en fait devenue mosquée pour maintenant être reconnu au titre de musée. 

 

Je vous laisse visiter ce bel édifice à travers les quelques photos ci-dessous...

J'ai tout de même préféré l'architecture de la mosquée bleue entourée de ses 4 minarets :). Il y avait énormément de monde dans Istanbul, et une proportion incroyable de touristes, encore une fois, le contraste avec l'Egypte est très marqué. Malgré le petit risque d'attentats, les gens continuent de venir visiter cette belle ville, après tout il ne faut pas arrêter de vivre :)

On est encore bien loin ! J'aime bien ce genre de panneaux, ça fait rêver et ça permet de se situer un peu mieux dans le monde :)

Paraît que les Turques font de bonnes pâtisseries...Ça a l'air appétissant, pour faire les choses dans les règles de l'art, on va vérifier ça, juste histoire de rendre service bien sûr ;-). Effectivement, c'est à tomber par terre, hmm, ça fait du bien et ça change des desserts de l'avion :p.

 

17 heures, il commence à faire nuit, nous rentrons à l'hôtel, nous sauterons le repas du soir car la fatigue commence à bien se faire ressentir. Demain, le taxi nous amènera à l'aéroport pour 7 heures et nous décollerons à 9 h 15.