La mer rouge est depuis longtemps pour moi un lieu qui évoque beaucoup de richesse sous-marine, mais jusqu'ici je ne pouvais y mettre de mots qu'à travers des vidéos visionnées d'autres plongeurs.  Ainsi, j'y voyais une diversité incroyable, sans pour autant me rendre compte de ce qu'était réellement la plongée dans de telles eaux. Il était difficile de savoir si les récifs étaient en bonne santé ou non, j'avais trop peur de vivre le même sentiment mitigé qu'après quelques plongées à l’île Maurice il y a 2 ans où l'état du récif faisait peine à voir en beaucoup d'endroits (cela fera l'objet d'un autre sujet). 

 

      C'est alors qu'en Octobre dernier, mon oncle me propose une excursion en Egypte (Hurghada plus précisément) pour février 2016...Dur de refuser ! Je m'y voyais déjà ! L'actualité, elle, ne s'est pas montrée autant enthousiaste que nous... Quelques jours après la réservation des billets (via Istanbul), un avion Russe reliant Sharm el-sheikh à Saint-Petersbourg s'écrase dans le Sinaï Egyptien, faisant plus de 200 morts...Un peu plus tard, ce sont les terribles attentats de Paris. Le lien entre ces événements et ce voyage ne sont pas forcément décisifs mais peuvent amener à réfléchir. 

 

      Pour info, Sharm el-sheikh se situe à vol d'oiseau à tout juste plus de 100 km..(voir capture d'écran google maps) .Entre Novembre et Janvier, le voyage était un peu en "stand by", mais après réflexion, il n'y avait pas des risques importants à se rendre en Egypte (côté Hurghada) bien que classé orange d'après le ministère des affaires étrangères (voir capture, situation au 11/03/16).

      Bon, après tout, le risque zéro n'existant nulle part, on décide de partir, après avoir évalué le risque comme très faible. Début janvier, décidément l'actualité n'était pas propice à se rendre en Egypte: le 8 janvier au matin, je me réveille en lisant un article indiquant que des touristes européens s'étaient fait attaqués à l'arme blanche dans un hôtel d'Hurghada non loin de celui que nous avons réservé. Je décide alors d'envoyer un mail au club de plongée avec qui j'avais déjà pris contact sur place afin d'en savoir plus. Finalement, les médias en ont fait beaucoup trop, ça n'était rien de plus que 2 personnes ivres avec des couteaux et fausses armes...Bref, passons !

 

      Nous avons réservé les billets Bordeaux-Istanbul, Istanbul-Hurghada via TurkishAirlines (très bonne compagnie d'ailleurs), billets à tarif raisonnables et proposant 30 kg de bagages en soute, un point point pour transporter le matos de plongée ! 

 

      Cela fait maintenant plus de 3 mois que je me documente sur la mer rouge, sur sa biodiversité et je me rends compte que celle-ci est vraiment incroyable...Plus de 1200 espèces de poissons, dont 35 % sont endémiques, sans parler du corail! Quelques livres axés sur la bio sous-marine de là-bas sont venus meubler mon chevet pendant ce temps-là et commencer à me faire vivre le voyage, je suis comme un enfant qui rêve de son plus beau jouet ! Je me suis laissé tenté par un guide immergeable en me disant que cela serait pratique sous l'eau pour identifier les poissons, mais finalement celui-ci sera resté sur le bateau car je préférais profiter de l'instant présent sous l'eau. Je le consultait entre 2 plongées pour cocher les espèces que j'avais observé lors de la plongée précédente. 

 

      Nous sommes à la mi-janvier, j'ai choisi de plonger avec le club relié à l’hôtel pour des raisons pratiques mais si celui-ci s'avère être mauvais, nous en changerons. Peu de doute étant donné les quelques échanges que nous avons eu par mail et les avis d'autres plongeurs. Nous choisissons des sorties à la journée, pour allier découvertes sous l'eau, mais aussi sur Terre.